Résultats de la consultation Child-Up sur l’effet de la Covid-19

English below

Après avoir reçu les résultats de notre consultation sur les effets de la Covid-19 dans l’éducation des enfants migrants, nous pouvons constater que les participant.e.s ont tendance à percevoir les impacts négatifs de la classe à la maison sur l’intégration et l’apprentissage des enfants migrants de façon plus élevé que les potentiels impact positifs.

Nous avons demandé à des enseignant.e.s, professionel.les de l’encadrement et de l’accompagnement et chercheur.se.s d’évaluer différents impacts sur une échelle de 1 (faible impact) à 4 (fort impact). On peut voir que l’impact négatif avec la note la plus basse est l’impact concernant les « difficultés pour accéder au cours en ligne et d’autres activités d’apprentissage digitales », avec 2,79, tandis que celui qui a la note la plus haute est l’impact des « difficultés dans le processus de socialisation », avec 3,3.

D’autre part, l’impact positif avec le taux le plus bas était « Plus implication des familles pour soutenir l’apprentissage », avec une moyenne de 2,46, tandis que celui qui avait la note la plus haute était « Plus d’attention à la qualité de l’enseignement en ligne mais aussi présentielle », avec 2,88.

Les participant.e.s ont également été interrogé.e.s sur leurs principales préoccupations face à cette situation. La plus récurrente est l’écart croissant entre les élèves selon leur niveaux de ressources. L’effet négatif de la COVID-19 se fait particulièrement ressentir sur les familles qui ne peuvent pas accéder au matériel nécessaire pour une bonne éducation à la maison.

Un autre effet que la COVID-19 a produit concerne l’inclusion sociale des enfants migrants. Dans cette situation, les enfants sont beaucoup plus contraints de rester à la maison et d’interagir uniquement avec les mêmes personnes, contrairement à une situation normale où les enfants migrants interagissent avec tous les autres enfants.

Les autres préoccupations concernent généralement les problèmes de santé (physique et mentale) et économiques qui sont causés par la COVID-19. Les participant.e.s à l’étude expriment également leur préoccupation vis-à-vis de la situation de tous les élèves en général (plus d’élèves qui abandonnent leurs études, le manque de contact entre les enseignants/éducateurs et les élèves qui en ont le plus besoin, l’effet sur les élèves qui ont des troubles d’apprentissage, etc.).

Interrogé.e.s sur leurs espoirs pour l’avenir, les participant.e.s sont généralement convaincu.e.s que la société apprendra de la situation dans laquelle nous nous trouvons et qu’elle constitue une opportunité d‘améliorer l’éducation sur de nombreux aspects. Ils considèrent aussi généralement que le grand écart qui se creuse entre les élèves avec des ressources et celles et ceux qui en ont moins (ce qui est le cas de la plupart des étudiant.e.s migrant.e.s) fera prendre conscience de l’importance d’améliorer la situation de ces jeunes afin de favoriser leur inclusion dans la société.

Certain.e.s participant.e.s considèrent également que cette situation nous fera repenser la façon dont nous traitons l’environnement. D’autres espèrent seulement que nous finirons par retrouver notre vie normale, tandis qu’une dernière catégorie, composée des plus pessimistes, pense que nous n’apprendrons rien de cela, et que nous reviendrons simplement à nos erreurs précédentes.

Enfin, nous avons interrogé les participant.e.s sur les opportunités que cette situation pourrait offrir. Selon leurs réponses, une issue possible à cette situation serait de tirer des leçons de ce qui se passe actuellement et de nous pousser à améliorer le système éducatif. Beaucoup d’autres pensent également que cette situation obligera les familles à s’impliquer beaucoup plus dans l’éducation de leurs enfants. Il existe d’autres possibilités que les participant.e.s envisagent, comme une augmentation des ressources pour l’intégration des enfants migrants. Il y a, cependant, plusieurs personnes qui ne pensent pas que cette situation offre beaucoup d’opportunités positives.

English

Findings of Child-UP survey about the effect of COVID-19 

After gathering the results of our survey about the effect of COVID-19 on migrant children’s education, we see that the participants tend to perceive a stronger negative impact than a positive one.

We asked teachers, educators, accompaniment practitioners and researchers to rate the different impacts from 1 (little impact) to 4 (strong impact). We see the negative impact with the lowest rate is “Difficulties in accessing online lecture and other digital learning activities”, with a 2.79, while the one with the highest rate is “Difficulties in the socialisation process”, with a 3.3.

On the other hand, the positive impact with the lowest rate was “Increased involvement of families to support learning”, with a 2.46, while the one with the highest rate was “Increased attention on quality of teaching, online but also face-to-face”, with a 2.88.

The participants were also asked about what their main concerns about this situation are. The most recurrent one is the growing gap between students with resources and students without them. The COVID-19’s negative effect on families who cannot afford what is needed for proper house education.

Another important concern is the effect COVID-19 is having on social inclusion of migrant children. In this situation, children are much more forced to stay home and interact only with the same people, in contrast to a normal situation where migrant children interact with all other kinds of children.

The other concerns are generally about the health, mental and economic problems that will be, and are being, caused by COVID-19. Also, how the situation can affect all students in general (more students quitting their education, lack of contact between educators and the students who most need them, the effect on students with learning disabilities, etc.)

When asked about their hopes for the future, the participants generally agreed that society will learn from the situation we find ourselves in right now, and it will make us improve education in many different aspects. They also generally consider that the big gap that is growing between students with resources and students without them (which is the case of most migrant students) will make people realize how important it is to improve these students’ situation in order to help their inclusion in society.

Some participants also consider this situation will make us rethink the way we treat the environment. Some others only hope we will eventually go back to our normal life, while others are rather pessimistic and think we will learn nothing from this, and we will just go back to our previous mistakes.

Finally, we asked the participants about the possibilities they think this situation can offer. According to their answers, there is a great possible outcome of this situation, that we will learn from what is happening now and that will make us improve the education system. Many others also think this situation will make families involve much more in their children’s education. There are some other possibilities the participants consider, like a raise on the resources for integration of migrant children. There are, though, several participants who do not think this situation offers many opportunities.

Picture credit: École vecteur créé par vectorjuice – fr.freepik.com